Programmation 2015

Je suis un épisode / Dodeka

::: Nathanaël Frérot :::


La lune est bossue / Magnitude 10

::: Julie Martigny :::


Le beau spectacle (plan b) / La Presque Compagnie

::: Charlotte Rousseau :::


J'espérons que je m'en sortira / Dodeka

::: Isabelle Quantin :::


Les Canards, épisode pilote (version spéciale) / Habaquq

::: Jérémie Fabre :::


La Petite Danube / La Fabrique à Brac

::: Hervé Roué :::


Cheval Vapeur


Soldat, mon petit corps mourant / CHanTier21TheâTre

::: Marie Bernard :::


LOSS solo / A.lter S.essio / Panem et Circences

::: Fabrice Planquette :::


Jean-Paul Dub

crédit ::: Alban Van Wassenhove :::

Bilan 2015

Le festival en attendant l’éclaircie – 3e édition est une réussite.


Le public a encore une fois été très nombreux. Au total 826 spectateurs sont venus à La Cité/Théâtre sur 5 jours. Certains sont passés, d’autres sont revenus et toujours avec plaisir ! Et le public semble se renouveler d’année en année notamment grâce à une programmation qui se diversifie.


Même si le cœur du projet reste la discipline théâtrale, la programmation s’est ouverte à d’autres en proposant deux concerts en fin de semaine et trois spectacles chorégraphiques. La réussite de ces soirées a montré que ces projets avaient toute leur place au sein du festival et plus encore, à La Cité/Théâtre. Autre nouveauté, la programmation d’un spectacle jeune public qui a permis d’accueillir 55 enfants de MJC. Pour cette première, le projet a su trouver son public même s'il a manqué de temps de médiation en amont entre l'équipe artistique et les structures socioculturelles.


Les équipes artistiques ont été généreuses en proposant au public des projets sensibles, poétiques, loufoques et captivants ! Généreuses aussi, en proposant sur le vif des pastilles théâtrales, vidéos, plastiques et photographiques. Elles ont été l’occasion pour les artistes de collaborer et de se rencontrer autour d’un projet exclusif.


La rencontre et le partage semblent être les maîtres mots du festival : rencontre avec les projets émergents du territoire, rencontre avec le public, entre les artistes et aussi avec les bénévoles. Des bénévoles de plus en plus nombreux chaque année. Certains reviennent et de nouvelles têtes apparaissent ; des spectateurs sont passés du côté des bénévoles. 23, se sont leur nombre. Vingt-trois bénévoles qui ont préparé des plats plus appétissants les uns que les autres et qui ont accueilli le public avec le sourire. Certains ont même joué le jeu des soirées à thèmes en portant le costume au côté de Benjamin Hubert et Amélie Clément. On peut d’ailleurs saluer leur majestueuse, n’ayons pas peur du mot, tenue du bar tout au long de la semaine : de l’ambiance, de la bonne humeur et du service non-stop. Voilà ce qui nous avait manqué l’an passé ! Un bar qui en plus pour l’occasion a été repensé et réaménagé.


Un des objectifs était de favoriser la rencontre et les échanges entre les artistes et les compagnies du territoire. On vient de l’évoquer longuement cet objectif semble avoir été atteint. Mais, on pourrait certainement aller bien au-delà en remettant en place une idée de la 1er édition : le projet participatif.


D'une manière générale, les objectifs poursuivis étaient ambitieux : proposer aux publics des formes théâtrales atypiques et innovantes, penser les mutations du secteur théâtral au niveau régional et permettre le repérage d’artistes nouveaux issus du territoire. Ce repérage s'est fait en collaboration avec les artistes du territoire, les lieux de fabrique et les lieux de diffusion du territoire (La Chapelle Saint-Louis à Rouen et Le Théâtre des Bains Douches au Havre). Ce travail doit se poursuivre et se mener tout au long de l'année.

 

Dans le cadre du débat, nous avons voulu travailler sur la nécessité de circulation des œuvres de spectacle vivant dans les capitales normandes (Rouen, Le Havre et Caen). La constitution du plateau s'est avérée compliquée, notamment en raison des incertitudes qui pesaient sur la réalisation du festival. Suivant les invités présents, le débat a glissé vers la problématique des relations entre les lieux de diffusion intermédiaires et les lieux institutionnels. Le débat reste pour nous un enjeux même s'il n'a pas été un temps fort de la 3e édition.


En attendant l’éclaircie a, cette année encore, démontré la pertinence de son projet. Les propositions se bousculent ; les spectateurs et les artistes du territoire sont au rendez-vous de l’événement et le public semble se diversifier voire se renouveler. Le festival se développe et prend peu à peu de l’ampleur. En espérant que tout ceci, annonce une belle vie à en attendant l’éclaircie.


Morgane Guihéneuf

coordinatrice d'en attendant l'éclaircie

le 13 mars 2015

TÉLÉCHARGER LE BILAN
bilan-en-attendant-leclaircie-3ed.pdf
Document Adobe Acrobat 4.3 MB
crédit : Zoé Leloutre
crédit : Zoé Leloutre